Comment accélérer la transition énergétique

Comment accélérer la transition énergétique

Comment accélérer la transition énergétique en France – Philippe Dresto –

Comment accélérer la transition énergétique

Après la COP 21, les bonnes résolutions de la nouvelle année… je vous propose ma visions sur les actions à mettre en place pour répondre à cette simple question : comment accélérer la transition énergétique.

De l’ensemble des travaux que peut mener l’Observatoire du Bâtiment, il ressort quelques vœux à formuler pour 2016 afin que l’ensemble de la filière bâtiment puisse bénéficier d’un début de massification. Aussi, quelques actions simples peuvent être portées par l’ensemble des acteurs à destination tout particulièrement du tissu diffus des entreprises du bâtiment et indirectement de leurs donneurs d’ordre.

Une meilleure communication

Il s’agit essentiellement de densifier le volume de communication, afin de sensibiliser les professionnels, leur apporter les bons réflexes, mais surtout les réponses pour leurs donneurs d’ordre.

Cette action de communication peut prendre la forme de participation à des salons thématiques sur des périmètres complémentaires au cœur de métier du fabricant, des interventions au sein des instances publiques et représentatives de la profession. L’action de communication peut également prendre la forme de la publication de revue et tout particulièrement de la diffusion de supplément thématique sur des aspects précis et opérationnels de la rénovation énergétique.

Dans tous les cas, la communication est essentiellement B to B au travers de brochures d’application, des guides facilitant le choix des solutions techniques, la mise à disposition d’application pour smartphone…

Entrent également dans le périmètre de la communication, des actions en termes de formation, aussi bien en interne, auprès des collaborateurs en contact direct avec les utilisateurs / poseurs, mais également en externe directement auprès des professionnels. Lors de ces sessions de formation, il apparait nécessaire de mettre une emphase pédagogique tout particulièrement sur la réglementation, afin de bien la faire comprendre, et donc mettre en œuvre sur les chantiers.

Montée en compétences techniques

L’accompagnement technique doit être de proximité, c’est-à-dire porté directement par une présence sur les lieux de vente et libre-service dans les surfaces de négoces. L’objectif est de guider et faciliter le choix des produits les plus adaptés aux enjeux de chaque chantier.

Par ailleurs, cet accompagnement est l’occasion de faire connaitre de manière opérationnelle les évolutions produits portées par les services R&D des fabricants. C’est l’exemple même des matériaux bio sourcés, comme les filières chanvre qui nécessite une formation quant aux usages techniques, ou encore le développement des granulats légers.

En matière d’utilisation des matériaux et des techniques, l’inertie est forte et le poids des habitudes très important. Il est donc nécessaire de travailler sur la notoriété pour faire évoluer les habitudes de travail sans pour autant que la mutation soit vécue comme une contrainte, mais bien plus comme une valeur ajoutée liée à l’évolution des systèmes constructifs. Fabricants et distributeurs doivent convaincre par l’exemple, dans un marché qui n’est pas encore forcément mature. Le facteur temporalité est d’autant plus important à prendre en compte. Il s’agit d’une tendance long terme, et l’action doit être enclenchée aujourd’hui dans une logique d’investissement pour l’avenir, sans un retour sur investissement court terme pour le fabricant et même le distributeur, c’est la caractéristique même d’un marché émergent.

L’accompagnement pour créer la confiance

Il s’agit certainement de l’action la plus importante que doivent porter les acteurs et tout particulièrement ceux en amont de la filière du bâtiment. L’accompagnement est par définition

  • Technique
  • Porté par des outils opérationnels
  • Matérialisé par du conseil au quotidien directement applicable sur chantier

L’accompagnement s’appuie sur de nombreuses actions de communication, de développement d’interfaces et d’outils et nécessite des réunions de proximité chez les négoces avec les artisans avec à l’appui des exemples pratiques et concrets et des outils d’animation adaptés notamment sous forme de plateforme collaborative.

L’amont de la filière a un vrai rôle moteur à jouer dans le processus de massification de la transition énergétique aux côtés des territoires. Des échanges avec les professionnels du bâtiment, on retiendra que leurs attentes sont les suivantes :

Retrouver une présence commerciale auprès de leurs fournisseurs : La création de la relation partenariale reste primordiale. Il semble exister actuellement une désertion des forces commerciales des fabricants et des distributeurs vis à vis des professionnels installateurs au profit d’une politique de prescription, plus rémunératrice en volume pose clairement la question de l’isolement de l’entrepreneur

Rapprocher le fabricant / distributeur de l’installateur : Comme dans toute relation partenariale, chaque partie s’engage. L’installateur s’engage à acheter en masse assurant de sa fidélité un distributeur / un fabricant, en contrepartie le fabricant / le distributeur assume pleinement sa compétence et son engagement technique. Ce mouvement génèrera une communication naturelle, permettant à l’entreprise de bien vendre le produit du fabricant

Assurer une présence technique locale : elle doit être disponible, réactive, et de qualité. Elle permet de répondre aux problématiques opérationnelles au quotidien.

Ceci nécessite certainement la mise en place d’offres de spécialité et par conséquent une évolution de l’organisation interne des fabricants/ distributeurs et en tout cas des distributeurs, sous forme de pôle de compétences, porteurs d’outils dédiés accessibles par le web et utilisables sur chantiers, comme par exemple des simulateurs qui sont les meilleurs outils de persuasion à la mise ne œuvre de chantier éco efficaces.
Comment accélérer la transition énergétique

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte ainsi que les plans d’action qui l’accompagnent vont permettre à la France de contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et de renforcer son indépendance énergétique en équilibrant mieux ses différentes sources d’approvisionnement.
Le texte doit créer l’élan d’une écologie positive qui lève les freins, libère les initiatives et qui apporte dès aujourd’hui des bénéfices tangibles à chacun. Complément de lecture sur le site du ministère de l’écologie : Actions concrètes : des outils pour les territoires, les citoyens et les entreprises.

 

Innovation digitale 2016 liste au père Noël

Innovation digitale 2016 liste au père Noël

2016 – 24 décembre 2015 – Rodolphe Degandt – Rénovation Plaisir

Innovation digitale 2016 liste au père Noël

En 2016, qu’elles sont les innovations attendues et celles dont nous pouvons rêver pour le secteur du bâtiment et plus particulièrement celui de la rénovation en France ?

n°1 Maison connectée pour plus de confort et d’économie

La gestion intelligente de l’énergie (chauffage, électricité, fermeture) dans le logement en fonction des paramètres extérieures (température, humidité, vente, ensoleillement…) et du comportement des occupants du logement (qu’elles pièces sont occupées, à quel moment, quelle température ressentit est appréciée par chacun…) . Un rêve en train de devenir réalité grâce aux objets connectés, aux possibilités du compteur Linky, aux application de gestions diverses…
Reste à simplifier, regrouper dans une interface naturelle et très simple d’utilisation… d’ailleurs le mieux serait de ne pas avoir besoin de l’utiliser, la maison connectée deviendrait intelligente, au service des occupants, déduisant par son analyse des comportements pendant une phase d’auto apprentissage ce qu’elle doit faire. Quand je rentre d’un footing, la salle de bain est chauffée et l’eau à température. Lorsque la cheminée est utilisée, la lumière se baisse et la puissance des radiateurs aussi.

n°2 Innovation digitale 2016 Sécurité du logement

Une serrure par lecture d’empreinte digitale qui reconnait l’habitant du logement. Technologie déjà présente sur les smartphone et bien plus simple que la lecture de l’iris de la pupille.
Une méthode aussi utilisable par les enfants. Plus besoin de chercher ses clés, plus besoin de refaire les serrures en cas de changement de propriétaire ou de locataire, plus besoin de faire des doubles de clés… Et la possibilité de savoir facilement qui est à la maison et quand, c’est peut être pas une innovation ça !

n°3 Innovation 2016 la 3D Capture, Impression, Projecteur

Innovation digitale 2016 la 3D projecteur hologramme

Si le téléviseur 3D n’a pas véritablement percée, les films sur grand écran ont eux attirés les spectateurs dans les salles obscures. L’effet produit par les images 3D est particulièrement saisissant et se démocratise dans de plus en plus d’applications grand public.

L’impression 3D. En 2016 il sera peut être facile d’imprimer en 3D auprès d’une enseigne de magasins spécialisés en Impression 3D rapide. A nous les objets 3D totalement personnalisés à petit prix pour faire des cadeaux originaux ou visualiser des projets de construction ou de rénovation.

La 3D va aussi être présente avec la maquette numérique du bâtiment (BIM). De nombreuses expérimentation ont déjà eu lieu et permettre de réduire les coûts et les délais de construction en augmentant la qualité. Un secteur encore à organiser et réglementer.

L’idéal serait la possibilité de réaliser des modélisations 3D  en utilisant une tablette ou un smartphone, modifiables avec un outil d’architecture 3D… les SIMS en vrai dans le BTP.
Pour compléter ma liste au père noël, un projecteur hologramme intégré à mon smartphone pour visualiser les réalisations ou l’utiliser en réalité augmentée pour se projeter facilement dans l’après chantier.

n°4 Innovation digitale 2016 Economie collaborative ou Uberisation

Un Français sur cinq a déjà loué un logement, une voiture entre particuliers ou encore covoiturage, grâce à une plateforme web.

Ce concept, base même des plateformes développées par Rénovation Plaisir Energie, devrait séduire de plus en plus de particuliers et de professionnels pour réaliser leurs travaux de rénovation.

n°5 Innovation 2016 Ressources Humaines : un bulletin de salaire simplifié

Parmi les recommandations de la mission Sciberras, l’idée de la réduction du nombre de lignes du bulletin de salaire de 40 à 15. Déjà le cas en Allemagne et au Etats Unis, le principe consiste à regrouper par thème une série de lignes détaillées.  Ce nouveau format mettra également en avant des aspects importants pour le salarié tels que la rémunération nette, le net imposable ou les congés payés. Un test proposé par le Gouvernement avant une généralisation d’ici fin 2017.

n°6 Innovation 2016 Des robots domestiques

79% des Français se disent prêts à confier des tâches du quotidien à un robot. Les aspirateurs robots sont déjà présents, en plus du ménage, les tâches de jardinage pourraient également être confiées à des robots tout verts.

 

Innovation digitale 2016 sera une année plus connectée, plus collaborative. Espérons simplement qu’elle apporte surtout à chacun santé et bonheur.
Et vous qu’elles innovations aimeriez-vous commander au père Noël pour 2016 ?

 

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force ?

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force ?

Marché du à quand le réveil de la force ? 

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force ?

A l’occasion du 17ème Colloque du 15 décembre 2015, présentation de la synthèse des projections Activité Marché du bâtiment à quand le réveil de la force : Atterrissage 2015, Prévisions 2016 et Perspectives 2017.

 

Contexte économique 2015 : le côté obscur 

marché du bâtiment 2015 le côté obscurLa France reste encalminée dans une reprise chaotique et modérée. C’est la tonalité donnée par les derniers indicateurs macroéconomiques publiés par l’INSEE.
La série de chiffres laisse attendre un faible rebond de la croissance en 2015. Selon les dernières prévisions du gouvernement et l’Insee, la croissance du PIB ne devrait guère dépasser 1,1 %

Il faut dire que le contexte est morose…

  • L’emploi salarié ne progresse pas. Les indicateurs de l’emploi salarié sont restés stables au troisième trimestre en France, et l’INSEE a même revu à la baisse ses prévisions. L’emploi a notamment continué de reculer dans la construction (–0,8%).
  • Le chômage au plus haut depuis 1997. Sur la même période, le taux de chômage a augmenté de 0,2 point, pour atteindre 10,2 % de la population active en métropole.
  • Une inflation toujours nulle. Par ailleurs, les prix à la consommation ont baissé de 0,2 % en novembre en France, avec notamment un nouveau recul des prix de l’énergie. Cette inflation molle, phénomène quasiment généralisé en zone euro, inquiète car elle est synonyme d’une croissance anémique. Si elle peut soutenir le pouvoir d’achat à court terme, lorsqu’elle s’installe, elle fait courir le risque d’une spirale de faible hausse, voire de baisse des prix menant à une réduction générale de la production, des salaires et de la consommation.
  • La production industrielle, seule bonne nouvelle. La production industrielle française progresse sur les trois derniers mois de 1,4 % par rapport aux trois mois précédents, et de 2,3 % par rapport aux trois mêmes mois de 2014.

Au final après trois années de croissance faible (0,4 % en moyenne par an), l’activité a accéléré en France en 2015, avec une progression moyenne sur les trois premiers trimestres de 1,5 % en rythme annuel.

La croissance annuelle en 2015 est donc prévue à 1,2 %. Elle devrait être de même intensité en 2016. L’investissement reste un frein à la reprise : l’investissement des ménages recule toujours nettement et l’investissement des entreprises ralentit.

 

Contexte des affaires 2015

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force : contexte des affairesEn novembre 2015, les entrepreneurs sont un peu moins nombreux que le mois précédent à annoncer une baisse de leur activité récente et pour les trois prochains mois.
Les soldes d’opinion correspondants restent cependant inférieurs à leur moyenne de longue période.
Selon les chefs d’entreprise du bâtiment interrogés en novembre 2015, le climat des affaires reste dégradé.

L’indicateur qui le synthétise est quasi stable, et demeure largement en dessous de sa moyenne de long terme. L’indicateur de retournement se maintient en zone neutre.

Le jugement des entrepreneurs sur leurs carnets de commande reste dégradé. Le solde correspondant fluctue peu autour du même très bas niveau depuis octobre 2014. En revanche le nombre de mois couverts par ces commandes continue d’augmenter légèrement.

 

Perspectives de construction neuve

  • Résidentiel

La demande de logements neufs est en amélioration en 2015, mais… la tendance reste largement négative. De plus le mouvement de reprise de 2015 marque un décrochage en fin d’année.
Le solde d’opinion de l’indicateur de demande de logements neufs (source INSEE) rattrape tout juste le niveau de 2007, les plus bas des 15 années le précédant.

Rétrospective et prévisions du résidentiel neuf (source ONTSBTP)

Rétrospective et prévisions du résidentiel neuf (source ONTSBTP)

Selon l’enquête SoeS, sur les derniers trimestres 2015, les ventes de logements neufs diminuent de manière marquée par rapport aux périodes précédentes. Le nombre de logements mis en vente est également toujours en baisse sur une pente encore plus marquée que celle des ventes.
Le parc d’encours, après s’être maintenu sur les précédents trimestres, affiche une décroissance depuis la fin 2014.

Les perspectives de la construction neuves restent donc tendues. Pour 2015, on qualifiera une lente reprise notamment au travers du résidentiel collectif.

La décroissance est confirmée pour le résidentiel, d’une façon générale en 2015, au vue des mauvaises performances de la maison individuelle. La reprise devient sensible à partir du troisième trimestre 2016

L’estimation pour la fin 2015 est de nouveau confirmée à 280 000 logements commencés, estimation en recul sous l’impact de la faiblesse renforcée du nombre d’autorisations dans la maison individuelle.

  • Locaux

Rétrospective et prévisions comparée résidentiel et locaux neufs (source ONTSBTP)

Rétrospective et prévisions comparée résidentiel et locaux neufs (source ONTSBTP)

La conjoncture connaît un décalage de phase entre locaux et résidentiel. En effet, il est constaté une décroissance plus tardive des locaux relativement au secteur résidentiel mais également une intensité de décroissance plus marquée. Enfin, la reprise sensible du logement au troisième trimestre 2016 s’opposent une situation des locaux qui restent stables au point le plus bas depuis plus de 10 ans

En effet, les prévisions sur les bâtiments productifs restent largement orientées à la baisse, sans véritable reprise dans les 12 prochains mois.
Les perspectives 2015 pour les bureaux sont toujours négatives. L’année 2016 ne devraient apporter que la fin de la décroissance, pas encore la croissance.
Pour ce qui est du segment commerce, celui-ci n’affiche aucune perspective de stabilisation de sa conjoncture décroissante.

Les locaux confirment donc le décalage mesuré actuellement. La décroissance aura été plus tardive, et la reprise ne devrait pas intervenir avec 2017. 

 

Perspectives 2016-2017 de l’activité des entreprises du bâtiment

Après les contractions des années passées, le ralentissement de la décroissance se confirme en 2015. Il n’est pas question de réelles orientations positives en 2016, tout juste un équilibre instable et s’il devait y avoir une reprise, elle ne sera pas sensible avant 2017.

 

Synthèse - Historique conjoncturel de l’activité du bâtiment et perspectives 2016 - 2017 Source : ONTSBTP

Synthèse – Historique conjoncturel de l’activité du bâtiment et perspectives 2016 – 2017 Source : ONTSBTP

 

Les 24 prochains mois devraient constituer une nouvelle phase conjoncturelle pour les métiers du bâtiment. En effet les dynamiques escomptées en matière d’activité des entreprises du bâtiment sont les suivantes :

  • Décroissance en 2015 : -1.3%
    • Tous les segments (ou presque) dans le rouge
    • Relais de croissance par le logement collectif
  • Equilibre en 2016 : 0%
    • Rétrécissement des écarts entre segments malgré quelques contrastes encore
    • La reprise vient du logement collectif et de la rénovation
  • Les premières « traces » de reprise en 2017 : +1.2%
    • Bascule légère de la majorité des segments dans le vert clair
    • La croissance est portée par le résidentiel, l’industrie et la rénovation

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force

 

Marché du bâtiment à quand le réveil de la force ?
retour à l’équilibre en 2016
,
le réveil attendu en 2017 !

Observatoire National du Bâtiment (ONAES – ONTSBTP)

Page 3 sur 5<<234>>

Pin It on Pinterest

Shares