Perspectives du BTP 2017 par Philippe Dresto président de l’Observatoire national du bâtiment

Perspectives du BTP 2017 : une croissance à 1%

Le retournement conjoncturel observé au second quadrimestre 2016 se traduit au global pour l’année, par une conjoncture à zéro. Ce constat tend à confirmer que 2016 sera une année de transition, de la décroissance vers un retour à la croissance. La grande question maintenant est de savoir sur quelle intensité est-il envisageable de compter pour cette reprise….

Les perspectives conjoncturelles pour l’année 2016 restent très variables d’un métier à l’autre. Le segment gros œuvre demeure toujours négatif, mais présente les perspectives de reprise les meilleures, notamment en ce qui concerne le neuf pour le segment logement collectif. Clos et couvert et finition sont à l’équilibre, quand ce sont les lots techniques qui restent les plus dynamiques.

Ce qui frappe, c’est que l’ensemble des métiers semble bénéficier de l’embellie conjoncturel. Ceci laisse à penser que 2017 sera une année positive dynamisée notamment par une certaine reprise de la construction neuve, qui se généralise depuis le logement collectif, à la maison individuelle et au tertiaire.

Les indicateurs opérationnels confirment la bonne orientation de la conjoncture, à l’image de l’intérim par exemple qui gagne 10 points entre le second quadrimestre et la fin de l’année. Cet indicateur est particulièrement intéressant, car il est un bon révélateur de la « charge opérationnelle » des entreprises. Cette orientation est en phase avec les 0.2 mois supplémentaires qu’enregistrent globalement les carnets de commandes et qui profitent à l’ensemble des tailles d’entreprises

Les scenarii les plus optimistes attendent une croissance de +2%, 1% serait déjà une bonne nouvelle.

 

Perspectives du BTP 2017 : gros œuvre et clos et couvert

Après avoir connu les conjonctures les plus tendues, le gros œuvre maçonnerie devrait être en 2017 un des moteurs de la croissance. Encore négative sur l’ensemble de l’année 2016, le dernier quadrimestre laisse attendre le retournement conjoncturel espéré. 2017 devrait permettre à ces métiers de gagner près de 2 points de conjoncture et placer cette dynamique aux alentours des +1.5%, tirés notamment par le logement collectif.

Dans la mouvance générale du marché, le segment de la charpente couverture opère au second quadrimestre une amélioration conjoncturelle significative. Les intensités conjoncturelles sont comparables à celles du gros œuvre pour ce secteur d’activité. 2016 est attendue comme une période de transition peut être légèrement négative et 2017 devrait voir un gain de plus de 1 point de conjoncture, pour une conjoncture de l’ordre de +1%. L’orientation du troisième quadrimestre semble confirmer ces prévisions de marché, notamment grâce à la bonne tenue de encore du logement collectif.

Pour ce qui est des métiers de la menuiserie, le dernier quadrimestre confirme les perspectives échafaudées en août dernier. L’équilibre de la période précédente devient la règle pour l’ensemble de l’année 2016. 2017 devrait être une année de croissance légèrement en retrait de la charpente couverture, mais dans le même esprit un peu au-dessus de +1%. Les performances du troisième quadrimestre semblent confirmer cette supposition.

 

Perspectives du BTP 2017 pour le second œuvre technique

Pour le génie électrique, les notes positives du quadrimestre précédent se confirment sur la fin de l’année avec une accélération de la reprise. Au final l’année 2016 devrait être une année de croissance pour l’installation électrique juste sous la barre des +1%. Il s’agit d’une bonne performance relativement au reste du marché. Pour 2017, la reprise semble se confirmer également entre 1 et 2%, dans la dynamique du gros œuvre. Cette reprise se traduit donc par une reprise légèrement moins marquée que sur le reste du marché, pour au final une croissance toujours légèrement supérieure à la conjoncture du bâtiment.

Le génie climatique continue, quant à lui, de bénéficier d’une dynamique supérieure au reste du marché du bâtiment. 2016 est une année de croissance, avant l’heure de la réelle reprise du bâtiment. Les perspectives de croissance pour le chauffage climatisation sont également supérieures en 2017. La conjoncture est attendue en croissance de près de +2% relativement à 2016 qui est une année déjà positive à près de +1%. La croissance pour ce métier semble robuste, tous les segments étant orientés positivement, le premier moteur de la croissance étant également le résidentiel collectif.

Enfin sur le segment de la plomberie, les bonnes nouvelles des périodes précédentes se confirment sur la fin de l’année. Même si le rythme de croissance reste toujours un peu en deçà de celui du chauffage, l’année 2016 sera une année positive pour la plomberie. 2017 s’annonce également en croissance certainement un peu au-dessus de +1%. Cela se traduit globalement par un gain de l’ordre de 0.5 point de dynamique conjoncturelle. Sur la fin de l’année, les caractéristiques de croissance donne la tonalité pour les prochains mois Résidentiel collectif / Reprise de l’individuel / Retournement conjoncturel du neuf

 

Perspectives du BTP 2017 pour le second œuvre de finition

En matière de ravalement isolation, le segment se positionne historiquement dans une conjoncture supérieure à celle du marché, faut il y voir les marques d’une transition énergétique, peut être. Actuellement, la reprise de l’ensemble des segments de marché du bâtiment a tendance à faire converger les dynamiques conjoncturelles. Ainsi les performances de l’activité isolation, supérieures à celle du bâtiment, tend à se faire rattraper par les autres secteurs d’activité. Cela constitue relativement une bonne nouvelle, c’est la preuve de la robustesse de la reprise. Pour cette activité 2016 aura donc été marquée par une croissance de l’ordre de 1% et pourrait presque doubler en 2017, à l’image de la conjoncture de cette fin d’année qui termine sur des notes vraiment encourageantes.

Les métiers de la plâtrerie, quant à eux, auront connu une année 2016 ne demi-teinte. Certes la décroissance semble derrière, mais la croissance n’est pas non plus installée. Après avoir été à l’équilibre au second quadrimestre, la fin de l’année affiche quelques couleurs encourageantes. Au global, l’année 2016 aura été une année à 0, marquant la fin de la décroissance et ouvrant les porte de la croissance (attendue de l’ordre de 1 à 1.5% en 2017) permise notamment par les bonnes performances du résidentiel collectif comme le confirme les mesures du dernier quadrimestre 2016.

La peinture ne devrait pas faire exception à la règle. 2016 est une année de transition, qui devrait être très légèrement positive. Cette orientation permet d’espérer une croissance plus marquée en 2017, un peu au-dessous des +1%. Les métiers de la peinture continuent d’afficher des performances en deçà des observations qui peuvent être faite pour le bâtiment en général, comme le confirme le dernier quadrimestre 2016, cependant, dans ce contexte de tension économique, il est toujours agréable de pouvoir enfin parler de croissance, si légère soit-elle.

Du point de vue du segment revêtement de sol, les performances demeurent décevantes pour ce métier dans un équilibre tout juste positif sur la fin de l’année. Ces tonalités positives, portées notamment par le logement collectif ne permettent pas au secteur d’activité de clôturer l’année en positif. En revanche comme annoncé en août dernier la transition est en route et 2017 devrait être une année de croissance, relativement au-dessous des moyenne du marché, mais cependant positive, de l’ordre de 0.5 à 0.8%, ce qui est également le cas pour les métiers de la métallerie.

Perspectives du BTP 2017 : une croissance à 1%
Note 5 Vote 1

Pin It on Pinterest

Shares