Comment choisir son logiciel BIM

Comment choisir son logiciel BIM

Comment choisir son logiciel BIM (2ème partie) les 6 critères à prendre en compte par Rodolphe Degandt RPE

Comment choisir son logiciel BIM

Je vous propose 6 critères d’évaluation permettant de vous aider à choisir le logiciel BIM adapté à vos besoins.
Par choix les logiciels sélectionnés dans le classement sont tous compatibles avec le format IFC (même si ce format n’est toujours pas la panacée).

  1. La popularité du logiciel, classement  réalisé suivant le volume de recherche internet en France en 2016. Ce critère est essentiel, car les projets BIM nécessitent des échanges entre différents acteurs, plus le logiciel est connu ou utilisé plus les échanges seront simplifiés. Il est toujours plus facile de communiquer en parlant la même langue.
  2. L’interopérabilité ou la capacité du logiciel à échanger avec les autres logiciels BIM du marché, mais aussi vos logiciels de gestion de projet ou Workflow. Ce critère peut permettre de corriger un popularité faible.
    Également sur quelle machine le logiciel peut fonctionner PC sous Windows 32/64 bits, MAC OS.
  3. L’ensemble des fonctionnalités proposées. Que fait le logiciel en plus des modélisations 2D et 3D, estimations du coût, planification de la construction, détection de conflits, analyses énergétiques…
  4. L’ergonomie que j’ai associée au temps de prise en main et au besoin de formation au logiciel BIM.
  5. Les ressources complémentaires disponibles, catalogue d’objets disponibles et compatibles avec le logiciel, tutoriels vidéos et le support client, souvent appelé Contrat de Service.
  6. Le tarif à l’achat ou par abonnement.

1. Le choix du logiciel BIM en fonction de sa notoriété

N°1 en Notoriété : Revit

2. La sélection par l’interopérabilité

Le critère d’interopérabilité permet de vérifier si le logiciel BIM est compatible avec d’autres logiciels et avec quels formats de fichiers.
L’important ici est donc de vérifier que le logiciel que vous souhaitez acquérir (et ce n’est pas un vain mot comme vous le lirez dans le critère prix) sera utilisable facilement avec vos autres logiciels et objets BIM :

  • Les différents formats de fichiers pour les données BIM
    • IFC ou IFCXML et IFC 4
    • BCF, IFD ou IDM
    • gbXML
    • DXF/DWG and 3D DWG
    • PDF
    • 3DS
    • JPG, TIFF, BMP, PNG
    • RVT (Revit)
    • CityGML
  • La compatibilité avec d’autres logiciels
    • Excel
    • Word
    • Crystal Reports

 

Comment choisir son logiciel BIM

Modélisé avec Revit, rendu dans Man et V-Ray

3. Les fonctionnalités avancées

Pour faire son choix, il est nécessaire de faire la liste de vos besoins et attentes vis-à-vis de votre futur logiciel BIM. Afin de vous guider, voici quelques-unes des fonctionnalités avancées que l’on peut aujourd’hui trouver :

  • Conception architecturale : visualisation de conception 3D, outil de conception de modèles à forme libre, travail en perspective, effets de rendu cloud ou raytracer, planification de site, outils de nuages de points (relier les points numérisés d’un relevé laser), regroupement automatique de pans, modélisation du terrain, des plantes…
  • Ingénierie et fabrication MEP : convertisseur de conception en fabrication, intégration de la documentation de fabrication, conception et documentation (HVAC, électrique, plomberie…), regroupement de collaboration avec les architectes et ingénieurs structure
  • Ingénierie de structure, connecteurs d’armature, gestionnaire des contraintes d’armature, répartition d’armature variable, scission des poteaux, amélioration des fondations structurelles, analyse de gravité, affichage partiel de structure…
  • Construction : modélisation de la construction, coordination de la construction Fabrication de construction pour l’ingénierie structure ou MEP….
  • Estimation énergétique : utilisation de blocs thermiques en fonction de scénarii d’occupation
  • Formats d’échange (voir interopérabilité)

4. L’ergonomie du logiciel

  1. Allplan de Nemetschek, 2 jours de formation minium. Certainement le plus simple et intuitif pour démarrer dans la modélisation.
  2. ArchiCAD de Graphisoft, moins simple que Allplan, ArchiCAD nécessite 3 jours de formation pour maitriser l’ensemble de ses fonctionnalités/
  3. Sketchup Pro et Tekla structures de Trimble, comme ArchiCAD, une initiation de 3 jours est conseillée pour ces logiciels.
  4. Revit Architecture d’Autodesk, parmi les logiciels les plus complets, il est aussi le plus complexe à maitriser. 5 à 6 jours de formations seront utiles pour l’exploiter au mieux. Des modules de formation de 12 jours assurent une maitrise totale.
  5. AECOSim Building Designer et AECOsim Energy Simulator de Bentley, peu de formation disponible en France sur ce logiciel.

5. Classement logiciels BIM par ressources complémentaires

Les catalogues objets

Pour ce critères, il est important de vérifier quels formats d’objets acceptent votre logiciel BIM. Vous profiterez ainsi des généreuses bibliothéques existantes au format IFC ou 3DS en complément des formats spécifique de Revit, ArchiCAD, Sketchup ou Allplan

Plusieurs sites proposent des  bibliothèques d’objets BIM en fonction des formats de fichiers, des logiciels utilisés ou des fabricants :

Sources en ligne d’objets BIM 3D
Arcat un classement par catégorie de produits, plutôt pratique
Autodesk Seek la base pour Revit et AutoCAD
BIM Object 40 000 objets pour 500 marques
BIM Stop tri par fabricant, format ou logiciel
BIM Store on vous prend pour une girafe ?
BIM&CO, jolie plateforme avec sa version française
BIMcatalogs, catalogue d’objets 3D  par fabricant, inscription gratuite, mais obligatoire
DatBIM inscription gratuite, mais obligatoire
MEP Content, 3000 objets techniques
Modlar une des références, facile à utiliser et plus de 7000 objets
NBS National BIM Library, moteur de recherche par format de fichier ou par logiciel
Polantis, bon c’est encore pour Autodesk…
RevitCity, le nom parle tout seul
SmartBIM
SpecifiedBy
Traceparts, du très lourd, accès par catalogues des fabricants

 

Classement des logigicels en fonction du catalogue d’objets 3D

  1. Revit et AutoCAD avec 16 sites fournissant des objets BIM et 5224 objets sur NBS, juste 68000 fichiers disponibles sur Autodesk seek !
  2. ArchiCAD avec 10 sites et 1021 objets sur NBS
  3. Sketchup 9 sources.
  4. Allplan 4 fournisseurs.
  5. Vectorworks 959 objets sur NBS
  6. AECOSim 946 objets
  7. Tekla 123 objets sur NBS

Les ressources vidéos

Pour la mesure des ressources vidéos, je me suis basé sur le nombre de résultats disponibles sur Youtube  pour les tutoriels disponibles en français pour chaque logiciel. Voici le classement et le lien avec le texte de la recherche effectuée « nom du logiciel bim + tutoriel/tutorial + français »

  1. Sketchup pro tutorial français 119 000 vidéos
  2. Revit 6590 vidéos
  3. Archicad 2720 vidéos
  4. AECOSim 1950 vidéos
  5. Allplan 625 vidéos

 

6. Les tarifs par ordre croissant des BIM softwares

  1. SketchUp Pro + Layout à 665 € et 775 € avec l’assistance premium. Offre pour les professeurs et étudiants à 49 $ !
  2. Archicad start 2016 avec un premier prix dans la gamme de Graphisoft à 1990 €.
  3. Vectorworks standard à 1800 € HT, dégressif dès la 2ème licence. La version architecture est à 2600 € HT + Renderworks à 490 €.
  4. Revit abonnement annuel : 2180 € HT. 2465 € avec le service d’assistance avancée, d’ou l’intérêt d’investir dans une formation logiciel BIM prise en charge.
  5. AECOsim Building Designer disponible sur le site de Bentley à 5094 $
  6. Archicad 19 se trouve à l’achat pour 1 licence à 5970 € et avec le service assistance pendant 24 mois à 7420 €
  7. Allplan Architecture 2016 1 licence monoposte à 5989 € HT + 1 an de Maintenance 1380 €

 

En conclusion : Mais alors quel logiciel BIM choisir ?

Pour sa notoriété, ses fonctionnalités et ses ressources, Revit est mon favori, mais son coût annuel le rend coûteux à l’usage.
Pour démarrer avec un logiciel BIM de qualité ArchiCAD start ou Sketchup Pro sont de très bons outils.
Alors comment choisir son logiciel BIM : à vous de faire votre choix en fonction de vos besoins, mais aussi du logiciel déjà utilisé par vos partenaires pour assurer une parfaite compatibilité, la clé d’un projet BIM est de faciliter les échanges et cela passe par un langage commun.

Avant d’acheter vous pouvez vous essayer à la modélisation avec la version gratuite de Sketchup ou les version d’essais gratuites.
Dans les prochains articles nous réaliserons les tests des différents logiciels avec des professionnels utilisateurs avertis qui nous donneront leurs avis.

 

Isolation thermique extérieure et esthétique REDArt par Rockwool

Isolation thermique extérieure et esthétique REDArt par Rockwool

#ITE – Isolation thermique extérieure et esthétique REDART par Rockwool – Rénovation Plaisir RPE

Isolation thermique extérieure et esthétique REDART 

Le Groupe ROCKWOOL innove autour de ses solutions d’isolation extérieure (ITE) à base de laine de roche qui fait sa notoriété depuis 1937. Rockwool avec la gamme REDart propose une offre complète d’ITE sous enduit pour les professionnels :  l’isolant bien sur, ainsi que les composants nécessaires à la mise en oeuvre (fixations, parements de façade) mais aussi des services dédiés pour garantir la qualité et l’accompagnement (hotline, assistance chantier, quantitatifs et devis) et enfin un simulateur en ligne de façade pour visualiser le rendu esthétique de l’ouvrage.

Le Système pour isolation de façade par l’extérieur sous enduit RedArt est adapté à la rénovation de logements collectifs ou individuels en milieu occupé. Il est composé de deux types de panneaux isolants en laine de roche mono ou double densité (431 IESE ou Ecorock) chevillés sur le support maçonné, revêtu d’un enduit de base, d’une armature en fibres de verre et d’un régulateur de fond. Enduit de finition proposé en trois formules : minéral hydrofuge, à base de résine silicate ou silicone, résistant à la pollution. Large gamme de teintes et plusieurs types de grains en fonction de l’aspect final plus ou moins granuleux. Complété par des accessoires de type profilés de départ, armature et chevilles de fixations.

Les avantages de l’isolation extérieure thermique et esthétique REDArt sous enduit.

  • L’isolation extérieure assure la suppression des ponts thermiques,
  • Permet de conserver une inertie thermique intérieure pour un meilleur confort thermique et donc une réduction de la facture de chauffage ou de climatisation,
  • Amélioration du confort acoustique,
  • Pas de réduction de la surface intérieure, ni de désagrément esthétique du logement par rapport à une isolation intérieure. Possibilité de continuer à habiter le logement durant les travaux,
  • Une solution parfaite pour réaliser un ravalement extérieur esthétique avec un large choix de finitions extérieures.
  • La disparition naturelle de l’humidité grâce à un matériau respirant, la laine de roche est répulsive à l’eau et ne retient pas l’humidité, toute formation de moisissure est donc exclue..
  • L’isolation thermique par l’extérieur est éligible aux aides de l’état.

Quelques contraintes en rénovation

L’isolation thermique extérieure peut parfois nécessiter une avancée de toiture pour que les murs restent protégés des intempéries. Certaines maçonneries existantes peuvent compliquer la mise en ouvre de la suppression des ponts thermiques, comme la présence de balcon, escalier ou terrasse…

Le choix de la laine de roche comme isolant extérieur

isolation thermique extérieure laine de roche REDART de rockwoolL’isolation en laine de roche volcanique (basalte) est au cœur du système REDArt. Avec 4 atouts de performance :

  1. performances thermique  (R 3,95 m².K/W avec une épaisseur de 140 mm et jusqu’à 7,3m².K/W pour une épaisseur de 260 mm),
  2. performance sécurité incendie avec la résistance au feu (Euroclasse A1);
  3. performance acoustique (Rw-dB 56/-2/-7 avec Brique creuse MONOMUR 200mm + ECOROCK 120mm + enduit PARISO LR 15mm),
  4. la durabilité de l’ouvrage, l’isolant en laine de roche ne se dilate pas ni ne se rétracte, évitant toute formation de pont thermique dans le temps.

Hypothèses de calcul : Enduit mince et cheville plastique vis acier inox à tête plastique.

Un simulateur en ligne pour visualiser le rendu de façade après travaux

Avec plus de 200 couleurs et un choix de finitions conséquent, REDArt offre le meilleur mix entre forme et esthétisme.
Trois types de finitions et plusieurs types de grains sont disponibles en fonction de l’enduit choisi, avec un aspect plus ou moins granuleux.

  1. Minéral, enduit de finition sous la forme d’un mortier prêt à gâcher à base cimentaire ; granularité de 2,0 mm, 2,5 mm et 3,0 mm.
  2. Silicate, le système performance avec enduit de finition sous la forme d’une pâte prête à l’emploi à base de silicate de potassium ; granularité de 1,0 mm, 1,5 mm et 2,0 mm.
  3. Silicone, la solution auto-nettoyante avec enduit de finition sous la forme d’une pâte prête à l’emploi à base de silicone ; granularité de 1,0 mm, 1,5 mm et 2,0 mm.

Pour visualiser le rendu final de la façade après la réalisation de travaux d’isolation extérieure thermique et esthétique REDArt, Rockwool met à disposition un simulateur de finition.

J’ai essayé l’outil en ligne gratuit de simulation de façade afin de visualiser mon isolation thermique extérieure et son enduit. Après avoir téléchargé la photo d’une maison et délimité les zones à isoler, j’ai pu essayer les différentes couleurs de finition de l’enduit. Un atout de ce simulateur de façade est que vous pouvez également délimiter tous les autres éléments, comme la toiture, les volets…. et choisir les couleurs que vous voulez. Une solution amusante pour se projeter sans risque.
Petite astuce : la fenêtre qui permet de délimiter les zones de calques peut se déplacer pour pouvoir accéder à toutes les zones de l’image.

En moins de 10 minutes vous pouvez donc vous rendre compte du futur design de votre maison.
Un outil vraiment séduisant pour aider les particuliers à choisir la couleur qui leur convient (tout en respectant de la réglementation de la commune).

Je vous montre ce que ça donne (à gauche la photo originale, au milieu les zones délimitées avec application d’un enduit bleu et à droite la visualisation avec un enduit plus ocre) :

isolation thermique extérieure simulateur de façade rockwool

 

Une mise en oeuvre en 6 étapes de l’isolation thermique extérieure

  1. Préparation : Le support doit être homogène, de structure saine, sèche et débarrassée de tous produits non adhérents.
  2. Calé-chevillé : Utilisez REDArt Colle pour le calage des panneaux et fixez-les avec les chevilles adaptées (Longueur de la cheville à utiliser = Profondeur d‘ancrage nominale + Sur-épaisseur + Epaisseur de l’isolant à fixer).
  3. Couche de base et armature : Enduit de base et treillis en fibre de verre (traitement préalable des points singuliers).
  4. Couche d’impression : avec le régulateur de fond adapté Minéral, Silicate ou Silicone.
  5. Enduit de finition parmi les 3 possibilités : Minéral, Silicate ou Silicone.
  6. Sur le système minéral, utilisez une peinture de finition avec un primaire d’accrochage : REDArt Primaire Peinture et REDArt Peinture (Silicate ou Silicone).

 

ROCKWOOL France créée en 1978 compte près de 800 collaborateurs répartis entre son siège social situé à Paris et son usine de production de Saint-Eloy-Les-Mines, au cœur de l’Auvergne. L’usine dispose de 52000 m2 de bâtiments déployés sur 42 hectares et possède 3 lignes de production. Un centre de production optimal, avec un fonctionnement 24h/24h et 365 jours/an, une qualité de service auprès de 3000 clients, 4000 références produits.

Objets connectés, l’avenir du bâtiment CES 2016

Objets connectés, l’avenir du bâtiment CES 2016

Objets connectés, l’avenir du bâtiment – – 8 janvier 2016 – Philippe Dresto – 

Objets connectés, l’avenir du bâtiment ?

Les objets connectés envahissent aujourd’hui l’ensemble des secteurs de l’économie, le bâtiment ne fait pas exception et se transforme profondément. Le coût global devient la norme, la chaine de valeur se désintermédiarise, l’ère du numérique « ubérise » le bâtiment. Efficacité énergétique, confort, mieux être, assistance à domicile, ces nouvelles finalités trouvent des solutions efficaces avec l’Internet des Objets (IoT).

Plusieurs usages sont pressentis à ces objets d’une manière plus massive que ce que nous pouvons connaitre aujourd’hui, ils concernent l’efficacité énergétique, l’amélioration du confort, le maintien à domicile, la rééducation fonctionnelle à l’extérieur des infrastructures médicalisées.

uberisation du batiment

Les enjeux de la réussite de cette transition numérique

L’acceptabilité psychologique et sociale de ces nouvelles modalités nécessite une attention toute particulière à l’ergonomie des objets participants à ces systèmes installés dans le quotidien des occupants. Du point de vue industriel, les enjeux d’interopérabilité et d’ouverture des systèmes demeurent des leviers importants qui restent encore la plupart du temps des freins significatifs à l’émergence du marché.

L’enjeu de demain est l’interconnexion du bâtiment avec son territoire et la communication des différentes plateformes informationnelles et relationnelles entre elles. Le point critique de la réussite de ce modèle connecté réside dans la confiance de l’utilisateur dans l’usage qui est fait de ses données ce qui implique l’émergence de tiers de confiance. Le big data, sur fond de développement de l’économie circulaire, sociale et solidaire rend possible le passage pour le « smart territory » du virtuel au réel durable.

Modification des fonctionnements filière

Les objets connectés envahissent aujourd’hui l’ensemble des secteurs de l’économie, le bâtiment ne fait pas exception. Efficacité énergétique, confort, mieux être, assistance à domicile… ces nouvelles finalités trouvent des solutions efficaces avec l’Internet des Objets. L’enjeu de demain est l’interconnexion du bâtiment avec son territoire. L’IOT raisonné permet cette transition et le « big data » rend possible le passage de la « smart economy » du virtuel au réel durable. Voila le sujet posé.

La ville change, l’habitat se modifie, les contraintes de vie se renforcent, des nouveaux acteurs apparaissent dans la chaine de valeur du bâtiment qui se désintermédiarise, les modèles économiques sont bouleversés, le coût global devient la référence, donnant un vrai sens à la valeur vert…pour répondre à ces nouveaux enjeux, la révolution numérique est en marche, le bâtiment « s’ubérise ».

Le cœur de métier des géants de l’industrie numérique (Google, Apple…) est de collecter des données sur les individus pour leur vendre des services pertinents et personnalisés grâce à des applications. Jusqu’à présent, tout se passe par l’intermédiaire des écrans, d’abord ceux des ordinateurs, puis des smartphones et des tablettes. Mais ces groupes souhaitent dépasser le seul périmètre du monde de l’informatique et s’intéressent désormais à des secteurs où le numérique est présent tout en ne transitant pas par ces interfaces, mais par ce qu’on appelle les « objets connectés ». Ces derniers sont déployés dans l’environnement immédiat des individus – la voiture, les transports, la maison… – et vont dans toutes les étapes de leur vie quotidienne collecter des données sur eux et leur environnement.

gestion-energie-logement-ween

Toujours plus de services…

Les entreprises du numérique souhaitent alors se servir de ces données pour produire des services et les monétiser, soit auprès des mêmes individus (B to C), soit sur un autre versant du modèle d’affaires, à d’autres entreprises (B to B). C’est pourquoi les géants du numérique s’intéressent aux secteurs de l’automobile, de l’énergie, des transports et, donc, du bâtiment. En effet, durant toutes ces étapes de la vie des utilisateurs, chacun est connecté à des objets qui mesurent ce qui se passe et peuvent exécuter des ordres, au travers de codes logiciels. Ce phénomène est présent dans le bâtiment par le biais de la domotique, qui n’est pas une filière nouvelle, mais qui reste peu développée, car rudimentaire et non connectée. La nouveauté de ces derniers mois, c’est la domotique connectée, à savoir des objets installés dans l’habitat et qui, via Internet, sont reliés à des serveurs très puissants hébergés sur du « cloud », qui permettent d’exécuter du code logiciel plus sophistiqué que la domotique à l’ancienne. Les perspectives sont alors infinies. Elles peuvent être économiques, mais également porteuses de gages de mieux vivre et de mieux être chez soi. Les nouvelles fonctionnalités cibles peuvent être les suivantes :

  • Gestion de l’énergie : L’ambition de ces services est d’optimiser la régulation hygrothermique selon le besoin des usagers. Cela consiste à mesurer des facteurs intrinsèques comme la chaleur métabolique, le niveau d’activité… mais également réaliser des mesures de variables environnementales comme l’humidité, l’éclairage, les températures intérieures, extérieures… Ce service a pour finalité la régulation des variables physiques de l’environnement intérieur du bâtiment afin d’optimiser le confort de l’occupant.
    Au-delà de ces fonctions fondamentales, les services liés à l’énergie peuvent suggérer et faciliter des actions en faveur de l’économie d’énergie, comme : piloter des équipements techniques sur place et à distance, identifier des sources de gain de confort et d’économies d’énergies et les mesurer, mais également pouvoir « s’effacer » du réseau en cas de pic de consommation ou encore basculer d’un producteur à l’autre selon les offres tarifaires et les énergies primaires disponibles.
  • Optimiser le confort de vie – mieux vivre et vivre mieux : L’ambition de ces services est d’améliorer l’environnement de vie au sein de l’habitat. Il s’agit de proposer des indicateurs de qualité de la lumière : intensité lumineuse, UV, renseigner sur la qualité de l’air : Hygrométrie, température, pression atmosphérique, teneur en gaz, COV, fumées, poussière, sensibiliser à la pollution électromagnétique (wifi, gsm, 3/4G, TNT, radio…), mais également de proposer un archivage des dossiers administratifs (factures électricité, gaz, eau, téléphone, web, contrats…), créer un outil de comparaison des consommations individuelles et de celles de la communauté. Cette fonctionnalité entre dans une dynamique de « ludification » (concept de gamification) des systèmes, proposer une interface d’impact de la modification comportementale sur la consommation d’énergie ou encore permettre également de gérer des services multimédia (streaming film, photos, musique, vidéoconférence)
  • La sécurité est également une composante de ces services portés par les objets connectés. Il s’agit de proposer des fonctions de gestion à distance des ouvrants (gestion de la présence), d’interfacer un service de télésurveillance (détecteur de mouvements et d’ouvertures) ou encore une Détection Automatique Incendie (DAI). Selon les mesures réalisées le systèmes avertira l’occupant des dépassements de seuils, intrusions… et suggérera une action d’aération, de fermeture/ouverture des ouvrants, de modification de la température de consigne, d’activation de l’air conditionnée, de nettoyage, d’évacuation des personnes sensibles le cas échéant.
  • Les fonctionnalités de suivi médical à domicile : L’objectif de ces services est d’assurer une prestation à domicile de pronostic/diagnostic et suivi de l’état de santé de personnes sensibles. Par personnes sensibles, on entend des personnes souffrant de pathologies chroniques (maladie cardio-vasculaires, hypertension artérielle…), mais également des nourrissons ou des personnes âgées. Il s’agit alors de renseigner sur les fonctions physiologiques des occupants et d’interfacer un service de surveillance médical. Le service consiste dans la gestion d’un suivi des mesures physiologiques, la promulgation de conseils de vie au quotidien, enfin d’alerter le patient et générer un rendez-vous auprès des structures médicales d’urgence. Dans le même ordre d’idée, les objets connectés permettent d’assurer des services de rééducation et de maintien à domicile. L’objectif est d’accompagner la rééducation et le maintien de l’autonomie à domicile avec des tâches de la vie quotidienne (rééducation post AVC, post traumatique, rééducation de l’autonomie des personnes âgées…). Les exercices peuvent être de type moteur, sensoriel ou cognitif.
  • Interconnecter le logement dans la ville, sociabiliser : l’objectif des services est de sortir le logement de ses murs et de l’interconnecter le cas échéant avec les fonctionnalités proposées par le quartier, la ville, le territoire… ces services peuvent prendre les formes aussi variées que proposer des outils pour animer un service d’auto-partage, interconnecter le logement à l’offre de transport en commun de proximité, pousser une information générale de proximité, informer sur les animations de proximité.
  • La conception est également un territoire de développement pour les objets connectés avec la possibilité de reconstruction 3D des bâtiments existants, dans une logique « BIM ready ».
    Un bel exemple d’innovation pour créer massivement et rapidement des maquettes numériques 3D des bâtiment : la tablette de reconstruction 3D développée par RPE (Rénovation Plaisir Energie) et le LIMSI CNRS (Université Paris Saclay).

tablette 3D Rénovation RPE CNRS

Acceptabilité sociologique

Pour l’ensemble de ces approches, il est important que l’ qui regroupe l’ensemble des fonctionnalités et agrège l’information nécessaire au bon fonctionnement du système, dispose d’une ergonomie d’usage adaptée. Pour cela, il est recommandé de partir de l’usage pour concevoir les services répondant à des besoins et des attentes et proposer une utilisation et une ergonomie simplifiée. La prise en compte des facteurs humains aussi bien physiologiques que cognitifs est stratégique. C’est notamment du point de vue de la gestion de la confiance dans l’administration de la confidentialité des données personnelles que l’existence d’un tiers de confiance apparait comme un point critique de la réussite du modèle. Du point de vue du service, il est important de valider son utilité, son acceptabilité et son utilisabilité en contexte réel. La personnalisation du service et la possibilité de permettre à l’usager de concevoir son propre univers de services est important, tout autant que l’objet connecté doit être beau pour être sociologiquement accepté.

Page 1 sur 3123

Pin It on Pinterest

Shares