Les nouvelles dynamiques de la rénovation des logements –  réunion 25 mars 2016 du lancement du groupe de travail par le Plan Bâtiment Durable – par Rodolphe Degandt RPE

Nouvelles dynamiques de la rénovation des logements

Plan Bâtiment Durable initialement lancé autour des objectifs de la performance énergétique des logements sous la direction de Philippe Pelletier. Le groupe de travail repose sur la Concertation et la mise ne réseau des professionnels sur le nouvelles dynamiques de la rénovation des logements privés.
 

Placer l’habitant au coeur des projets de rénovation

Catherine Jacquot, Présidente du conseil national de l’ordre des architectes considère la rénovation des logements comme un enjeu important pour les architectes. A la fois en tant que citoyen et acteur économique.Il s’agit, bien évidemment d’agir dans le cadre de la transition énergétique (cadre du programme PACTE, le Plan Bâtiment Durable et le Club de l’amélioration de l’habitat) avec l’objectif de diminution des GES, mais aussi dynamiser l’activité des architecte sur le marché des rénovations, de plus en plus de jeunes agences se positionnent sur les projets de réhabilitations lourdes mais aussi de logements individuels. Actuellement 300 à 350000 logement rénovés pour un objectif de 500.000.
La seule approche énergétique des travaux de rénovation ne fonctionne pas, il est nécessaire de placer l’habitant au coeur des réflexions, le bien être, confort, valeur patrimoniale du bien des occupants.
Anticiper ses besoins, passage à la retraite, l’arrivée d’un enfant…
Stimuler le marché de la rénovation des logements aussi par de nouvelles actions, à ce titre lancement du contrat forfait habitat. Ce contrat est destiné aux travaux de rénovation d’un budget inférieur à 50.000 €, des travaux sans permis de construire, avec l’intervention d’un maitre d’oeuvre. Cette offre est présente auprès des plateformes de la rénovation des collectivités territoriales.
Cette orientation centré sur l’habitant est confirmé par l’analyse de Maurice Manceau, vice-président Club de l’amélioration de l’habitat. Aujourd’hui, un particulier qui pense rénovation, pense essentiellement, même uniquement confort, par exemple il sera sensible à l’adaptation préventive de son logement pour le maintien à domicile par des travaux spécifiques.
La présence d’un maitre d’oeuvre (un accompagnateur compétent entre le particulier qui souhaite réaliser des travaux – le maitre d’ouvrage – et l’entreprise ou l’artisan du BTP qui réalise les travaux) dans un chantier de rénovation d’un logement, longtemps considérée comme difficile, et si elle existe devait être à la charge des entreprises du BTP, doit évoluer.
lancement groupe travail nouvelles dynamiques de la rénovation des logements

3 facteurs qui limitent actuellement la massification des travaux de rénovation

Par Frédéric  Denisart, co-pilote du groupe de travail, Conseiller National de l’Ordre des Architectes
  1. L’absence de retour sur investissement
    • Une fois les travaux de rénovation pour améliorer la performance énergétique du logement, le particulier recentre sa préoccupation sur le confort. Il va augmenter naturellement la température de consigne et donc perdre l’éventuel gain généré par ses travaux de rénovation énergétique.
  2. La aides fiscales
    • les familles avec un fort taux d’imposition vont plutôt choisir de meilleure solutions fiscales
    • à l’opposé les familles à faible taux d’imposition n’ont tout simplement pas les moyens financiers de réaliser les travaux
  3. L’éco centrage sur la rénovation énergétique.
Egalement co-pilote du groupe de travail, Jean-Pascal Chirat, vice-président Club de l’amélioration de l’habitat, rappel le lancement d’un observatoire consommateurs. Cet observatoire, en partenariat avec l’association Cap Consommateur
Analyser le cheminement qui aménagement un particulier à réaliser des travaux.
  • La naissance d’un intérêt pour la rénovation réalisée à partir de 23 sources d’information
    • les consommateurs ressentent des désirs et des craintes
      • augmenter son bien-être
      • éviter le risque de défaillance de ses installations
  • La définition d’un projet de rénovation
    • teste la faisabilité de son projet
      • évalue les travaux
      • questionnement sur leur propre capacité, il cherche à se rassurer auprès de tiers de confiance et de professionnels
    • parmi les professionnels, il fait ses choix en fonction d’un prix acceptable, de ceux ui lui apporte de la confiance
Susciter l”envie des particuliers à rénover : mieux communiquer pour répondre à ses attentes
  • communiquer sur les offres
  • inviter les consommateurs à voir des résultats
Susciter l”envie des particuliers à rénover : s’appuyer dur les mutations sociales et générationnelles
  • travail à domicile
  • départ tardif des enfants
  • recomposition des familles….
Un besoin d’accompagner le particulier sans son projet de travaux de rénovation
  • accepte le coût d’un maitre d’oeuvre seulement sur des travaux importants
  • développer l’accompagnement gratuit ou bon marché et par un tiers de confiance
    • exemple la mise en place des plateformes de la rénovation portées par les collectivités territoriales
Avoir une approche par une segmentation mieux ciblée à l’aide
  • de typologies spécifiques
  • de critère objectifs (capacité financière, mode d’occupation…
Il faut aller plus loin en passant d’une segmentation à la qualification, pour aller chercher de nouveaux consommateurs, s’adresser à eux ) des situations de vie.
  • départ
  • fondations ‘un foyer
  • naissance
  • déménagement
  • accident handicap
  • évolution professionnel
  • rupture brutale (ex divorce)

 

Les mauvaises questions sur le marché de la rénovation

Jean Carassus, professeur à l’Ecole des Ponts Paris Tech, membre du bureau Plan Bâtiment Durable.
18 millions de logements individuels, 9 millions de biens en co propriété : soit 25% des énergies consommées en France, 12% des GES. 

  1. La problématique de la rénovation énergétique n’existe pas ! Un logement n’est pas fait pour faire des économies d’énergie.
  2. Il n’y a pas de problème pour financer les travaux de rénovation ! 40 milliards d’euros sont dépensés chaque année en France pour les travaux de rénovation des logements privés.
  3. Le problème est culturel ! C’est le propriétaire et seulement le propriétaire qui décide.
  4. Il y a un globalement un problème de confiance vis à vis des professionnels, car il n’y a ni maitre d’oeuvre, ni maitre d’ouvrage. L’offre est portée par des artisans spécialisés principalement sans vision globale sur la rénovation énergétique.
  5. Il n’existe pas de retour sur investissement en économie d’énergie pour les travaux de rénovation énergétique !
    Mais il en existe certainement un retour en terme de confort, et de valorisation patrimoniale.
    Exemple : DPE sur le marché détendu, pour une maison de DPE C comparée DPE F, la différence de prix de revente selon étude des notaires est de 15 à 20%.
Il y a donc de nombreuses fausses problématiques, et en même ils existent des solutions  pour rendre désirable la rénovation des logements. La proposition de Jean Carassus est de réaliser un benchmark de tout ce qui marche, pourquoi et comment ça marche. S’appuyer sur les initiatives locales et les diffuser pour faciliter leur usage.

Vers une approche individualisée et sociologique des attentes des propriétaires

Alban Gaspard et Ariane Rozo de l’ADEME, nécessité de changer d’approche en se centrant sur l’individu pour faciliter le passage à l’acte de travaux. Le logement devient un cocon, l’espace de confort devient un espace de réconfort. La notion de confort correspond déjà à 99% des logements (un toilette, une douche et un chauffage central,selon l’INSEE).
Il faut donc s’intéresser aux aspects de réconfort au travers les tendances sociétales qui impactent le marché de la rénovation :
  • un vieillissement de la population (1/3 de la population aura plus de 60 ans en 2050)
  • la modification des cellules familiales (perte de la notion du chef de famille unie décisionnaire, boom des familles mono parental),
  • mutation du monde économique (cris avec la génération de ses craintes et peurs, mais le logement est un lieu de refuge face à cette situation
  • Numérisation de la société (sur abondance d’information)
On a donc besoin d’avoir une approche ultra individualisée des particuliers souhaitant réaliser des travaux.
Il faut comprendre que la rénovation est une pratique sociale multidimensionnelle :
  • dimension symbolique (confort et réconfort, mais complexité)
  • dimension compétences (comprendre le type de travaux, devis, le chantier, capacité à faire soit me^me
  • dimension matérielle (facilité d’accès aux offres
Cette approche sociale génère 2 nouveaux axes de segmentation pour personnaliser l’approche des ménages qui souhaitent rénover leur logement :
  •  Motivation à faire des travaux (pédagogie dans la communication, outils simples et adaptés à chaque typologie)
  •  Capacité à faire des travaux
  • Se placer du point de vue du propriétaire du logement, apporter l’information au bon moment dans le parcours travaux.

Ce que je retiens du lancement du GT sur les Nouvelles dynamiques de la rénovation des logements

Après cette première réunion, l’ensemble de ses analyses et réflexions sur les nouvelles dynamiques de la rénovation des logements fait, pour moi, ressortir 3 grands axes pour massifier les travaux de rénovation en France :

1. Segmenter la demande jusqu’à l’individualisation

  • Accompagner de manière pédagogique les particuliers propriétaires dans leur travaux de rénovation.
  • Identifier les motivations en fonction des situations de vie et identifier la capacité à faire des travaux.

2. Favoriser la confiance vis à vis de l’offre

  • Continuer le travail de formation des artisans du bâtiment et des TPE du BTP pour comprendre les nouvelles attentes de la demande au travers une vision globale de la rénovation.
  • Accompagner la transformation digitale des entreprises du BTP.

3. Faciliter les échanges entre les différents acteurs de la rénovation

  • Mise la mise à disposition d’outils simples d’utilisation, dont les données sont partagées par l’ensemble des acteurs.
  • Recenser les bonnes actions réalisées sur les territoires locaux.
  • Développer l’information et le parcours rénovation par les tiers de confiance comme les collectivités territoriales.
  • Préparer le passeport Energétique du logement.

 

Le groupe de travail vient d’être lancé, il propose une large consultation et de collecter les contributions de l’ensemble des acteurs volontaires. Site du : Plan Bâtiment Durable

 

Nouvelles dynamiques de la rénovation des logements
Note 4.7 Votes 11

Pin It on Pinterest

Shares