Journée nationale IoT cité de l’innovation de Nokia

Journée nationale IoT cité de l’innovation de Nokia

Aujourd’hui, Internet se transforme progressivement en un HyperRéseau formé par une multitude d’artefacts, de programmes et de données, appelé « Internet des objets (IdO), Internet of Things, ou IoT».

La journée nationale de l’IoT organisée par le LIMSI CNRS dans le cadre de la cité de l’innovation de NOKIA se consacre aux nouveaux défis de l’Internet des Objets propose donc de porter un regard qui intègre d’une part les problématiques de facteurs humains et problématiques technologiques, et d’autre part la question du rôle que joue aujourd’hui les objets connectés dans la vie quotidienne comme la santé, l’habitat, l’automobile, l’assurance, qui sont en train d’être bouleversés par cette mutation du réseau.

 Journée nationale IoT 2016 RPE-CNRS-IOT

La révolution d’un hyper réseau

Cet hyper réseau mondialisé constitue un tournant important dans le processus de mutation de notre société. Il s’agit d’un vecteur de transformation majeur de nature à bouleverser les modes de conception, de construction, de fonctionnement et d’usage des services existants (transport, administration, etc.). Ce réseau est multi secteurs (bâtiment, transport, loisirs, santé, bien-être…), multi public (jeunes, séniors, actifs, sédentaires, nomades…) et du fait de sa transversalité s’impose à toute la société. En termes de service l’horizon est quasi illimité et la personnalisation à discrétion des usagers en fonction de facteurs économiques, le contexte, l’usage et les spécificités individuelles.

Du point de vue technologique, l’IdO est au centre de tous les développements modernes, où toute information de n’importe quel objet peut-être instantanément mise en relation avec un service ou une action proposée par un autre objet, ce qui pose d’ailleurs des questions éthiques pour la société moderne. Cela place les questions des capteurs, de l’électronique embarquée, des protocoles de  communication, et de sécurité des données dans une situation stratégique majeure.

La communication entre objet et tout particulièrement entre objet et utilisateurs est stratégique. À ce titre, les aspects technologiques ne sont pas la seule clé de succès de ces nouvelles plateformes et la prise en compte de la question de l’usage est indispensable. Au cœur de ce sujet, les facteurs humains et l’interaction homme-machine positionnent le futur utilisateur au coeur même du processus de design des objets connectés. Cette démarche permet d’élaborer des services plus accessibles, plus utilisables et correspondants aux besoins réels des usagers. Ceci impacte directement les phases de conception et oblige à repenser les méthodes de design, de conception, de développement, de débogage et de dévaluation des objets connectés et services associés.

 

RPE objet connecté LIMSI CNRSIoT, des questions philosophiques et éthiques

Une nouvelle révolution, après la révolution agricole, cognitive, industrielle, l’Homme se retrouve une nouvelle fois au cœur d’une métamorphose : la révolution numérique. La technologie n’est que ce que nous faisons d’elle, et il est urgent de mener des réflexions éthiques sur l’Internet des objets. Que voulons-nous vouloir en la matière ?!  Le recueil et le traitement algorithmique des données issues de l’Internet des objets  est un nouvel Eldorado, la valeur ajoutée n’est plus dans l’objet ou le service, mais dans l’information qu’il va être capable de drainer. Ces nouveaux objets connectés laisseront des traces de nous-mêmes exploitables par des algorithmes pour notre bien-être, mais aussi peuvent bouleverser notre façon de vivre. Le « parcours » devient la norme et la répétition des situations permet de passer d’un contexte probable à une réalité tangible. L’intelligence artificielle écrirait-elle nos comportements, et l’Homme deviendrait-il prédictible ?

Des réflexions éthiques sont nécessaires par exemple sur les aspects de vie privée, sur l’opacité des algorithmes, sur le consentement éclairé et la manipulation des utilisateurs, sur la sécurité et le Hacking des systèmes …

Relativement à l’émergence de ces nouveaux objets et fonctionnalités, éduquer les utilisateurs apparaît comme un présupposé majeur à la massification durable du secteur. D’une manière plus générale, le secteur doit être régulé, le comportement des machines doit être maîtrisé, les objets doivent répondre à des règles et l’utilisateur doit être conscient qu’il est fournisseur de données et doit connaître exactement les données qu’il fournit. Dans ce cadre, se pose la question de la réversibilité, c’est-à-dire savoir si, l’utilisateur pourra ne plus utiliser un objet connecté, voire même s’il le voudra… C’est la question de la dépendance qui se pose, en plus des questions habituelles de confiance. Du point de vue technique, il s’agit de réguler les algorithmes.

 

Une autre façon de gérer les données…

Partant du principe que la donnée est produite spontanément par l’utilisateur, elle doit être, intuitivement, utilisée à son unique intérêt, qu’il soit économique, sociologique ou physiologique. Des start-ups ont construit des modèles viables sur cette base. C’est le cas de I of Me, qui exposait d’ailleurs à cette journée nationale de l’IoT. Le thermostat connecté développé par cette entreprise place l’utilisateur au centre de la démarche et crée un réel lien de confiance entre lui et son chauffagiste. L’objectif est d’assurer le bien-être et l’optimum économique de l’installation.

Ce genre de développements permet d’intégrer de manière vertueuse ces transformations à la fois technologiques, culturelles, sociales, économiques, cognitives et peut constituer des débuts de réponses aux nombreuses interrogations concernant la mutation de l’économie et de la société pour les libertés individuelles, mais également pour la recherche, et la créativité.

Journée nationale IoT organisée par le CNRS à la cité de l’innovation de Nokia
Note 5 Votes 3

Pin It on Pinterest

Shares