Isolation des combles n’est pas la solution la plus rentable en rénovation énergétique ! par Rodolphe Degandt RPE

L’isolation des combles est-elle aussi rentable que ça ?

36 % des Français ont déjà envisagé de faire un ou plusieurs travaux d’économies d’énergie, 17 % ont déjà envisagé d’isoler les combles (étude Sofinscop février 2016).

Sur de nombreux forums, blogs et sites vous pouvez lire que l’isolation des combles est la solution la plus rentable pour une rénovation énergétique. Certains vont jusqu’à prendre des exemples concrets pour étayer leur affirmation. Mais quand est-il vraiment ? L’isolation des combles est-elle rentable ou pas ?

Je vous propose d’analyser la rentabilité énergétique de l’isolation des combles et de mesurer ensuite sa rentabilité financière pour enfin conclure par mon point de vue.

Les chiffres clés du secteur résidentiel en France

  • 28,1 millions de résidences principales au 1er Janvier 2014 (tableaux économie Française – source INSEE)
    • 12,2 millions d’appartements
    • 15,9 millions de maisons
    • 57% de français propriétaires de leur résidence principale
    • 55% des logements construits avant 1975 pour 45% construits après 1975
  •  Les énergies les plus utilisées pour le chauffage sont le gaz (44%), l’électricité (33,5%) et le fioul (14%) (source ADEME)
  • Les énergies les plus utilisées pour l’eau chaude sanitaire sont l’électricité (46,5%), du gaz (38,4%) et du fioul (9%).
  • la consommation unitaire moyenne (avec bois) par logement des résidences principales est de 16 565 kWh/an (Source CEREN 2012).

 

1. L’isolation des combles est-elle efficace en terme de performance énergétique ?

infographie déperditions thermique maisonPrioriser l’isolation de l’enveloppe thermique d’un logement. Comme la toiture est le lieu par lequel la déperdition thermique est la plus importante, il est donc logique de commencer par là.

Selon l’ADEME, le gain sur la déperdition énergétique après isolation de combles pour une maison construite avant 1975 (55% des maisons en France métropolitaine) se situe entre 25 et 30%.

A noter qu’il sera très difficile de réaliser une isolation de combles assurant une suppression totale des déperdition énergétiques.

L’impact sur la réduction de la facture de chauffage sera très variable suivant l’état de l’isolation existante ou de son absence totale. La réduction de la facture sera donc dans une fourchette assez large de 10 à 25%.

2. L’isolation des combles est-elle rentable financièrement ?

Cette analyse ne concerne que les propriétaires occupants d’une maison individuelle, puisque eux seuls pourront apprécier le retour sur investissent de l’isolation des combles. En effet, non seulement un locataire change de logement en moyenne tous les 43 mois (durée courte pour analyser une rentabilité), mais surtout il ne lui incombe pas la responsabilité d’engager ce type de travaux, qu’il est froid ou non.

La rentabilité sur sa facture de chauffage

Les différents indicateur pour mesurer la rentabilité de l’isolation des combles :

  • Le montant moyen des travaux d’isolation est de l’ordre de 35 € / m2 (coefficient d’isolation R > 7).
    Pour notre surface de référence de 60m2, le budget moyen d’isolation de combles est 2100 €.
  • La dépense énergétique annuelle en maison individuelle, tout usage confondu est d’après l’étude Sofinscope de février 2016 de 2316 €, selon l’ADEME 50% de la facture globale correspond au coût du chauffage, soit un budget moyen de 1158 €.
    La facture moyenne annuelle de chauffage en 2015 serait de 1590 € selon une enquête réalisée à partir d’un échantillon représentatif de 205.000 bilans énergétiques collectés sur le site QuelleEnergie.fr.
    Nous retiendrons un chiffre moyen entre ces deux données de 1400 € de facture annuelle pour le chauffage (hors ECS).
  • La durée moyenne d’occupation d’une maison en France est de 10 ans. L’idéal est donc d’amortir ses travaux sur une durée nettement inférieure.
  • La surface moyenne d’une maison individuelle en France est de 112,2 m2 selon les résultats d’une étude de l’Insee 2013. Volontairement je retiens une surface moyenne de combles à isoler un peu au dessus de 50% de cette surface  soit 60 m2 (mais cela pourrait être le 112m2, ce qui augmenterait significativement le coût des travaux et par conséquence la rentabilité).
  • Le taux de réduction de déperdition énergétique après isolation de combles (coefficient d’isolation R > 7) : de 15 à 30% (suivant isolation existante ou non). L’impact sur la réduction de la facture de chauffage est de l’orde de 10 à 25%.

rentabilité travaux isolation des combles

Les calculs suivant étant en pourcentage, pour simplifier la démonstration et parce que nous ne sommes pas devin, je ne prends pas en compte la variation du prix de l’énergie sur la période.

Les calculs ne prennent pas en compte le coût éventuel d’un crédit pour financer les travaux, du fait du faible montant de travaux et des taux d’intérêt historiquement bas.

A partir de ces données, voici le résultat du calcul du délai nécessaire pour rembourser le coût de ses travaux d’isolation de combles par les économies d’énergie réalisés dans le temps.

Pour l’isolation des combles

L’économie financière réalisée est de 140 à 350 € par an
10 à 25 % de 1 400 €

2100/350 à 2100/140

Plusieurs autres facteurs peuvent influencer la rentabilité de ses travaux de rénovation énergétique :
Un rentabilité boostée par les aides financières
  • Vous pouvez gagner 30% sur la facture (intervention obligatoire d’un professionnel RGE pour la pose et la fourniture des matériaux ) si vous êtes éligibles au CITE 2016, c’est à dire dans notre exemple 630 €. Le coût de l’investissement réel est dans ce cas de 1470 €.
  • Avec un professionnel vous profitez également de la TVA à taux réduit de 5,5%.
  • Vous pouvez aussi recevoir une prime liée aux Certificats d’Economie d’Energie d’environ une centaine d’euros.
  • Suivant les département ou région vous profiterez aussi d’une prime locale de 0 à 200 €)

Au total sur 2100 € c’est presque 50% des travaux qui peuvent être prise en charge, divisant par 2 la durée d’amortissement.

Une rentabilité pénalisée par l’effet rebond

Selon le niveau de confort avant travaux, l’économie réalisée peut être fortement réduite par l’effet rebond. D’après une étude de l’UKERC sur l’effet rebond analysée par l’Ademe en mai 2010, si le niveau de confort est faible (sensation de froid) avant les travaux d’isolation, les occupants augmentaient leur consommation de chauffage pour améliorer leur confort.
L’effet rebond réduirait de 10 à 30 % des économies promises sur la facture d’énergie de chauffage. Ce qui peut augmenter de plusieurs années la durée d’amortissement.

Une valorisation patrimoniale limitée

Le patrimoine immobilier représente 65,3% de l’épargne des français. La question a se poser ici est de savoir si l’investissement dans des travaux de rénovation et plus spécifiquement d’isolation permettent ou non de valoriser son patrimoine. D’après une étude TNS Sofres de  2012, les ménages interrogés considèrent à plus de 80% le DPE (diagnostic de performance énergétique) comme un critère important dans l’hypothèse de la location ou de la vente d’un logement.

Selon l’étude sur la valeur verte des logements réalisée d’après les bases Notariales Bien et Perval en mars 2015, en Ile de France et dans les grandes villes, il n’y a globalement pas d’impact sur la valeur des maisons avec une meilleure étiquette énergétique. L’isolation des combles, ni même une rénovation globale, n’apporteront donc pas de plus value immobilière.
En province et en grande couronne parisienne, sur un marché immobilier peu tendu, les maisons avec une étiquette énergétique A B ou C auront globalement une valorisation supérieure de 2 à 7 % par rapport à une maison en classe énergétique D. Cependant pour avoir ce gain de classe énergétique, les travaux à réaliser seront bien souvent plus lourd que ceux d’une simple isolation de combles. Le retour sur investissement sera donc plus difficile avec un budget travaux de rénovation énergétique de 20 000€.

Néanmoins, l’isolation de combles peut être réalisée dans des combles aménageables, dans ce cas la valorisation patrimoniale sera double : évolution de la performance énergétique du logement ET création de surface habitable supplémentaire. Une opportunité donc de faire les 2 en 1.

Conclusion

Faire des travaux d’isolation de sa toiture en combles perdus est donc financièrement peu rentable car il vous faudra entre 4 et 15 ans pour amortir votre investissement.
La situation devient très favorable si vous n’avez aucune isolation existante ou si vous pouvez bénéficier des différentes aides financières (CITE, CEE, Prime locale).
Mais l’isolation de la toiture ou des combles améliore véritablement le confort (acoustique et thermique)  ainsi que le mieux être dans le logement, deux véritables bonnes raisons pour passer à l’acte. De plus c’est certainement le plus petit budget pour commencer la démarche de rénovation énergétique (en dehors de la pose d’un thermostat programmable).

Dans le cadre de l’isolation de combles habitables, en plus du confort, de l’amélioration énergétique du logement, la maison profitera d’une réelle plus value par l’augmentation de la surface habitable « isolée ».

Enfin il existe un dispositif spécifique pour les ménages à ressources modestes rendant accessible ces travaux d’isolation de combles dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique (ex :  Pacte Énergie Solidarité ou PES). L’isolation de combles à 1 € pour 50 m2 !

 

L’isolation des combles n’est pas la plus rentable !
Note 4.1 Votes 36

Pin It on Pinterest

Shares