Gérald Gallier, président de l’UECF : Concurrence déloyale des énergéticiens – interview 

Gérald Gallier, président de l’UECF : Concurrence déloyale des énergéticiens !

Gérald Gallier,président de l’UECF, interviewé par le magazine CFP (Chaud Froid Performance)  :

 » Pour s’en sortir aujourd’hui, il faut avoir une palette d’activités assez large. Les entreprises mono-activité sont en difficulté

D’autant plus queGérald Gallier UECF président nous sommes confrontés à la concurrence des énergéticiens. D’abord à travers la maintenance et maintenant aussi pour les travaux.
Nous trouvons d’ailleurs que les fournisseurs d’énergie nous font une concurrence que nous estimons déloyale. (…) Avec la fourniture d’énergie, ils sont les premiers chez le client. Ce phénomène est encore accentué quand ils sont en contrat. Surtout, si les PME ont bien accès aux Certificats d’économie d’énergie, elles ne peuvent les valoriser à la hauteur de ce que peut faire un énergéticien-obligé. Nous ne sommes absolument pas d’accord.

Nous acceptons la concurrence mais il faut qu’elle soit à armes égales. C’est la raison pour laquelle nous sommes favorables à la séparation des contrats de fourniture d’énergie et des contrats de travaux ou de maintenance et d’exploitation. Il n’y a pas d’animosité, nous essayons d’avoir un dialogue intelligent. Mais nous ne nous laisserons pas indéfiniment marcher sur les pieds. Nous n’accepterons pas une position hégémonique.

Nos PME n’ont pas de raison d’être systématiquement leurs sous-traitants. D’autant que l’UECF a la possibilité de travailler avec d’autres fournisseurs d’énergie qui arrivent sur la place et qui ne font qu’un seul métier» (…)  »

Gérald GALLIER, président de l’UECF

Gérald Gallier, a été élu président le 24 octobre 2015 lors du Conseil d’administration de l’UECF – Union des entreprises de génie Climatique et Energétique de France. Il a pris ses fonctions depuis le 1 er janvier 2016, pour 3 ans. Il succède à Jean-François MARTY.
Gérald Gallier, patron le l’entreprise GALLIER  implantée sur l’Orléanais depuis 1954. L’entreprise intervient pour les travaux de chauffage, climatisation, plomberie, électricité, automatismes …. et vers la maintenance, emploie plus de 160 salariés.

 

Zoom sur les CEE et Énergéticiens obligés

Les énergéticiens ont obligation réglementaire, depuis la Loi POPE de juillet 2005, de mettre en place des actions pour réaliser des économies d’énergie en France (consommer mieux et moins l’énergie).

Ce dispositif constitue la principale réponse Française aux obligations de la Directive Européenne sur l’Efficacité Énergétique. Les principaux obligés en France sont les producteurs d’électricité (EDF), de gaz naturel (Engie), de gaz propane (Antargaz, Butagaz, Pimagaz, Totalgaz), de fioul domestique (Total) et de carburants automobiles (SIPLEC- E. Leclerc).

Pour mesurer le volume d’économie d’énergie réalisée par les obligés, a été mis en place les CEE ou Certificat d’Economie d’Energie. La quantité d’énergie économisée par chaque action d’efficacité énergétique est inscrite sur un certificat. Ce volume tient compte de la durée de vie de l’action réalisée. L’unité de mesure de l’énergie économisée est donc le kilowattheure cumac. « Cumac » signifie que les économies d’énergie sont CUMulées et ACtualisées.

C’est pourquoi les fournisseurs d’énergie, mais aussi des acteurs indépendants (profitant de l’opportunité économique de ce nouveau marché), ont développés un ensemble d’actions permettant de produire des Certificats d’Economie d’Energie. Chaque certificat a une véritable valeur financière…surtout pour les énergéticiens qui ont obligation d’en produire.

Parmi les principales actions réalisées par les énergéticiens, le lancement d’opérations pour encourager les particuliers et les entreprises à effectuer des travaux d’économie d’énergie : la fameuse rénovation énergétique. Ces actions sont menées en direct auprès des clients, ou par l’intermédiaire d’un réseau de professionnels « agréés »

Si Gérald Gallier considère que les énergéticiens bénéficient d’un avantage concurrentiel supplémentaire avec le dispositif des CEE, c’est certainement qu’ils jouent un rôle dominant dans la politique de valorisation des CEE sur le marché.
En réalité les énergéticiens peuvent acheter les CEE en passant par l’intermédiaire des entreprises du BTP qui réalisent des travaux chez les particuliers ou les entreprises… mais ils peuvent aussi les acheter aux clients finaux à un prix supérieur car sans intermédiaire. Lorsqu’il décide de proposer en direct des travaux d’économie d’énergie à ses clients, le fournisseur d’énergie bénéficie d’un avantage commercial plus important que l’artisan ou la PME du BTP.
A noter que les entreprises du BTP peuvent aussi vendre leur CEE aux acteurs indépendants, ou s’organiser autour d’un collectif pour créer leur propre place de marché des CEE. Enfin les clients finaux, ceux qui payent pour réaliser les travaux de rénovation énergétique, peuvent aussi vendre directement leurs CEE (les offres d’Auchan et Carrefour).

En complément : découvrir tous les dispositifs d’aides pour les travaux de rénovation énergétique

 

Gérald Gallier : Concurrence déloyale des énergéticiens
Note 4.88 Votes 8

Pin It on Pinterest

Shares