Sommet de la construction : la confiance est-elle utile ?

Sommet de la construction : la confiance est-elle utile ?

Sommet de la construction 2015 – Philippe Dresto – Observatoire National du Bâtiment

Sommet de la construction : la confiance est t’elle utile ?

Sommet de la construction : la confiance des donneurs d’ordre est t’elle utile pour un retour à la croissance ? Une thématique débattue lors du troisième sommet de la construction du 20 novembre 2015.

La confiance un sujet omniprésent et si peu traité

Le sommet de la construction qui s’est tenu le 20 novembre dernier à l’initiative de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a été l’occasion d’échanges au sein de différents acteurs de la chaine de valeurs du bâtiment. Bien entendu les sujets se concentraient sur les thématiques de l’environnement et de rénovation énergétique sur fond de COP 21, mais ce n’est pas le point fort que je retiendrais de cette rencontre.

La thématique de la confiance du donneur d’ordre a constitué une thématique particulièrement traité dans le cadre des tables rondes et c’est un fait assez rare pour qu’il mérite d’être souligné. En effet, la confiance est une des conditions centrale de l’émergence durable de ces activités qui peinent encore à afficher les rythmes de croissance attendus.

La confiance est une condition pour les nouvelles activités, les nouveaux marchés. A ce titre le segment des objets connectés constitue un exemple intéressant.

La confiance, la condition sine qua non de la réalité du marché des objets connectés

La réussite du développement des objets connectés réside dans l’adhésion massive du public à la démarche et l’usage généralisé de ces nouveaux outils et des ces nouvelles fonctionnalités cibles.

Celui-ci s’appuie sur le principe du « big data » et sera amené à gérer un grand nombre d’informations personnelles. Il s’agit là d’une faiblesse majeure dans l’environnement « confiance » de l’utilisateur, et l’apparition d’un tiers de confiance, comme une plateforme neutre, constitue une condition de la réussite du système « tout connecté ».

Afin de le préserver et lui garantir la plus grande confidentialité de ses données, le système cible devrait laisser l’usager seul et unique propriétaire et utilisateur des données, interdisant toute utilisation commerciale ou autre. Cela implique que le modèle économique ne réside pas dans la commercialisation de données, à la manière de ce que construisent les géants du numérique. Pour le bâtiment, l’ubérisation doit être maîtrisée, ainsi l’offre construite doit s’inscrire dans une logique d’offre durable, responsable et fondée sur une circularité économique de proximité dans l’esprit des systèmes collaboratifs qui se développent actuellement.

Un nouveau modèle est donc à construire…

Il n’est pas uniquement construit sur la valorisation de l’information, mais surtout sur la circularisation de l’économie, valorisant plutôt des compétences de proximité. La durabilité et le caractère éthique des offres développées autour des objets connectés pourraient interdire l’utilisation à des fins commerciales des données remontées, faute de pouvoir techniquement empêcher de les remonter à des systèmes connectés, qui par définition et par nature doivent être communicants. Ces nouveaux modèles doivent conserver l’esprit des systèmes collaboratifs qui apparaissent actuellement.

Ce constat est également valable pour des activités plus traditionnelles comme le marché de la rénovation et d’autant plus qu’il s’agira de rénovation énergétique. La confiance pour convaincre… le point de départ de l’émergence durable du marché ?…

 

Merci de vos commentaires sur le Sommet de la construction : la confiance des donneurs d’ordre

 

 

Crise dans le bâtiment, le meilleur moment pour communiquer

Crise dans le bâtiment, le meilleur moment pour communiquer

Crise dans le , le meilleur moment pour communiquer – ONTSBTP – blog rénovation

Crise dans le bâtiment, le meilleur moment pour communiquer

Crise dans le bâtiment, le meilleur moment pour communiquer ? A l’heure ou beaucoup d’indicateurs sont encore au rouge, même si l’avis général se veut optimiste, la communication est pour les entreprises très importantes.

A ce titre BATIMAT est un bon traceur du moral des entreprises. Des allées moins remplis, des visiteurs moins nombreux, mais des sujets toujours innovants, le numériques, la transition énergétique, le profil du salon change et c’est tant mieux.

chiffres clés batimat 2015Les chiffres clés BATIMAT 2015
Cette année, 2.436 exposants ont participé au Mondial du Bâtiment, un chiffre qui reste inférieur à celui de 2013.
Guillaume Loizeaud, directeur des salons, a ainsi une baisse globale de 3% du nombre de visiteurs par rapport à l’édition 2013. Il a précisé un chiffre en progression avec 23% de visiteurs internationaux. Une première satisfaction puisque c’est bien la volonté affichée des organisateurs que d’attirer davantage de visiteurs étrangers.
Concernant la fréquentation des architectes, elle est en  très légère progression de 1%. En revanche, l’organisation se félicite de la plus forte qualification des visiteurs constatée durant cette semaine, et surtout des professionnels porteurs de projets.
Moins de visiteurs, moins des exposants, quantité en baisse, mais qualité en hausse.

Aujourd’hui les enquêtes conjoncturelles soulignent une légère amélioration de la confiance des ménages et des chefs d’entreprise sur les derniers mois. Le climat des affaires global publié par l’Insee gagne quelques points. Mais les indicateurs restent au rouge et la véritable reprise, attendue depuis maintenant plusieurs années, ne semble donc toujours pas se profiler à l’horizon.

La persistance d’un chômage élevé freinerait la demande des ménages, même si la faiblesse de l’inflation soutiendrait leur pouvoir d’achat : leur taux d’épargne resterait élevé et leur investissement logement ne tendrait à se stabiliser que très progressivement d’ici 2016, après la chute enregistrée ces trois dernières années.

Le neuf déçoit toujours de par l’écart
entre objectifs annoncés et réalité de marché

Les statistiques sur la construction neuve confirment la morosité des chefs d’entreprises, autorisations et ouvertures de chantier n’augurent d’aucune reprise à court terme. Seuls les logements collectifs semblent se stabiliser en 2015 profitant sans doute d’une petite amélioration de la consommation des ménages et d’une amélioration sur la distribution de prêts immobiliers.

Les logements collectifs qui s’étaient déjà stabilisés en 2014 semblent devoir augmenter légèrement en 2015. En parallèle dans le secteur de la promotion immobilière on constate une reprise légère des réservations. Cette légère amélioration sur des niveaux qui restent assez faibles peut expliquer que le secteur collectif ne recule plus à l’inverse du secteur du logement individuel qui reste en recul avec aucune perspective d’amélioration sur l’année 2015 pour l’instant.

L’estimation de l’Observatoire National du Bâtiment (ONTSBTP) pour la fin 2015 se situe à 280 000 logements commencés, estimation en recul sous l’impact de la faiblesse renforcée du nombre d’autorisations dans la maison individuelle.

Et il en va de même pour les locaux, en effet, les volumes progressent sur la seconde partie de l’année, mais s’explique en partie par le glissement d’un certain nombre opérations engagées en 2014.

Au final, les prévisions de l’ONTSBTP sur les bâtiments productifs restent largement orientées à la baisse. L’amélioration entrevue sur les bureaux à la fin 2014 ne s’est pas confirmée et les perspectives 2015 sont négatives. Le commerce devrait être en fort recul toute l’année avec à ce jour aucune perspective d’amélioration. Les prospectives sur les surfaces commencées sont en ligne avec les autorisations diffusées par le Ministère. On constate que depuis 2013, elles sont quasiment toujours en diminution à l’exception d’une brève amélioration pour les bureaux.

La filière bâtiment toujours en décroissance

Après une année de décroissance en 2014, 2015 s’annonce toujours négative dans une moindre mesure certes, mais il est acté que 2015 ne sera pas l’année du retour de la croissance.

Chiffres clés des entreprises et artisans du bâtiment

Chiffres clés des entreprises et artisans du bâtiment

Source : SIRENE au 1er janvier 2013 (chiffres arrêtés au 01/09/2014) et estimation CAPEB / ACOSS (*) Hors auto-entrepreneur (1) Inscription RM (2) Inscription RM et/ou RCS

Pour 2015, encore la décroissance :

  • L’inversion de tendance se dessine pour 2016, sans « choc de croissance »
  • L’inflexion du neuf est en décalage d’avec les messages institutionnels : ou sont les 500 000 logements ?
  • Les effets des politiques publiques (PREH) restent décevantes, J’éco rénove, j’économise ?

En 2016, toujours un déséquilibre négatif :

  • Le moteur du retour de la croissance est unique : le retournement plus marqué du segment logement collectif,
  • Une situation qui reste fragile.
Objets connectés dans la rénovation des bâtiments

Objets connectés dans la rénovation des bâtiments

philippe-dresto-ONTSBTP

Objets connectés dans la rénovation des bâtiments, sujet de thèse de Philippe Dresto

Numérique et internet des objets, quelles fonctionnalités pour quels usages ?
Sujet de thèse réalisée à l’ESTP / ENSAM avec période professionnelle chez RPE Rénovation Plaisir Energie.

Les 6 mois passés à l’ESTP/ENSAM ont été intense.

Intense tout d’abord car ce retour sur les bancs d’école s’est fait en parallèle de mon activité professionnelle au sein de l’ONTSBTP.
Intense ensuite, car les sujets d’apprentissage ont été très techniques relativement à mon activité habituelle (calcul de résistance, analyse de technique de pose, description de fonctionnement physique). Intense enfin, parce que cette période m’a permis de rencontrer des profils de tous horizons, porteur d’expérience enrichissante à tout point de vue.

L’enseignement fut à la fois théorique et pragmatique, mêlant des expérimentations réelles (rénovation –extension d’une école),des visites concrètes (voyage d’étude à Berlin), des expériences terrain (visite de chantiers…), des travaux pratiques (bilan carbone, dossier éco quartier) mais également en toile de fond l’apprentissage théorique nécessaire à la bonne compréhension et réalisation de ces déclinaisons opérationnelles.

Le niveau de l’enseignement est tout à fait satisfaisant, les intervenants étant pour la plupart issus du monde professionnel, en activité, ce qui permet de disposer de retours d’expérience concrets de qualité. La réalisation de la conférence de février a par ailleurs permis de mobiliser mon réseau autour de ce projet professionnel et de valoriser le positionnement très opérationnel de l’ONTSBTP.

Pour ce qui est de la période professionnelle au sein de RPE, elle a été très enrichissante, dans la mesure, ou elle m’a permis de monter en compétence sur les sujets du numérique dans le bâtiment, sujet de prédilection autour duquel j’ai développé ma thèse professionnelle.

RPE m’a permis de rencontrer des interlocuteurs de qualité et ainsi de produire une analyse pertinente et soutenu avec a priori un certain succès face au jury le 8 octobre dernier. Le sujet de l’usage de l’Internet des Objets est venu conforter mon positionnement actuellement sur le marché et renforce la pertinence de mon approche relativement aux collectivités territoriales. Un programme de conférence a été mis en œuvre suite à ces travaux dans le cadre de l’ONTSBTP, d’autres développements sont en cours.

Objets connectés dans la rénovation des bâtiments :
De la transition énergétique à la transition numérique.

Au final, cette expérience pédagogique d’une année aura été relativement lourde en travail et organisation mais est porteuse d’une véritable valeur ajoutée à mon positionnement sur le marché et à la place de l’ONAES, lui permettant de développer une nouvelle collaboration avec RPE.

 


A propos de l’ONTSBTP

Créé en 2007, l’Observatoire National des Travaux et Services liés au Bâtiment et aux Travaux Publics (ONTSBTP) s’est rapidement révélé le pôle d’études de référence du marché du Bâtiment en France. Disposant d’une base de données unique sur le BTP, référençant plus de 450 000 entreprises du Bâtiment, qualifiées administrativement et rationnellement. L’ONTSBTP donne accès à une information statistique de la plus haute qualité. Par ailleurs, une vision du secteur de la construction exhaustive (par année, région, métier, taille et type d’acteurs, nature et état d’ouvrage) doublée d’un suivi quotidien de l’évolution du marché constituent le ciment des études proposées par l’ONTSBTP. Ces dernières s’avèrent de véritables outils d’aide à la décision et de veille pour une clientèle de professionnels des métiers du Bâtiment et de l’énergie, tant dans le secteur privé que le milieu institutionnel. Ce rendu d’information fiable, actualisé, détaillé et prospectif des marchés de la construction en France, et sa capacité à gérer des problématiques sur mesure répondant parfaitement aux attentes spécifiques de ses clients confèrent à l’ONTSBTP le statut d’organisme très prisé, notamment par les grands comptes. Cultivant une réelle relation de partenariat avec ses clients, l’ONTSBTP développe une fidélité accrue auprès de ces derniers.

Des missions exigeantes : Multipliant les compétences, l’ONTSBTP assume aujourd’hui 4 fonctions :

  • récolter et analyser les informations ;
  • offrir une vision du marché par année, métier, région et acteurs ;
  • anticiper les évolutions d’une activité et proposer une tendance du secteur ;
  • assurer une veille concurrentielle par métier et produit.

Des études détaillées et inédites : Les informations fournies par l’ONTSBTP sont détaillées par métier, région, taille d’acteurs, nature et état d’ouvrage, et le suivi de séries historiques d’indicateurs économiques comme l’activité, l’effectif, l’interim, le prix de vente, d’achat ou encore la marge opérationnelle renforce la valeur ajoutée de ses études. Au-delà de simples prestations barométriques, l’ONTSBTP propose des prestations spécifiques telles que des baromètres de satisfaction, des analyses d’environnement en amont d’opérations de croissance externe, des études de positionnement de marque, de produits et de lieu d’achat. Cet axe de diversification des études proposées est emblématique de la capacité de l’ONTSBTP à innover et se développer. La qualité et l’exhaustivité reconnues des études menées par l’ONTSBTP font de lui le premier Observatoire du marché du Bâtiment en France. Dans son élan pour développer de nouveaux services et répondre toujours mieux aux attentes de ses clients, l’ONTSBTP met aujourd’hui en place un pôle “Conseils et Ingénierie Ressources Humaines”. L’objectif est de proposer un référentiel RH du marché en termes de rémunération, turn over par qualification, métier, région… Une nouvelle compétence ambitieuse qui saura séduire une clientèle deprofessionnels des métiers du Bâtiment toujours plus exigeante.

Page 14 sur 14<<10121314

Pin It on Pinterest

Shares